ACTUALITÉ Guyancourt-Aubevoye


6 février

Parlons salaires

30 janvier

Ampere : Votez pour les candidats SUD

25 janvier

CSE du 25 janvier 2024

23 janvier

Flagrant délit de duplicité

9 janvier

Des raisons de se porter candidat aux élections CSE d’Ampere


22/12/23 - Le licenciement d’un prestataire du Technocentre annulé

11/12/23 - Des quotas de notation à Renault

5/12/23 - Avoir ou pas la gueule de l’emploi

29/11/23 - Avenant passage cadre : un chantage à la signature illégal

9/11/23 - La grande foire aux emplois

27/10/23 - Convention collective de la Métallurgie : l’emploi en catalogue

12/10/23 - Activités sociales et culturelles : la grande tambouille

10/10/23 - Des salaires minima qui portent bien leur nom

10/10/23 - Pour eux les millions, pour nous l’inflation

3/10/23 - Manifestons le 13 octobre pour nos salaires !

27/09/23 - Des actions ou des augmentations de salaire ?

5/09/23 - Horse : le cheval dont Geely risque de prendre les rênes

5/09/23 - Ampere : quand le courant ne passe pas

15/06/23 - Socle social commun et premiers effets de bord

14/06/23 - Tous au pique-nique SUD !

30/05/23 - Réforme des retraites : Macron et Borne ne sont pas tirés d’affaire

26/05/23 - Droits des salariés Renault

3/05/23 - Le démantèlement de Renault en marche

27/04/23 - Des accidents du travail qui passent sous les radars

25/04/23 - Réforme des retraites : la mobilisation entre dans une nouvelle phase

11/04/23 - Tous en grève et en manif jeudi 13 avril

5/04/23 - Acquis sociaux : les grandes manœuvres

3/04/23 - Toutes et tous en grève jeudi 6 avril

3/04/23 - Des formations en-dessous des besoins réels

3/04/23 - Emploi et conditions de travail : un bilan 2022 négatif

3/04/23 - Activités sociales et culturelles : un budget électoraliste

21/03/23 - Manif du 23 mars : 14h Bastille

20/03/23 - 49.3 : l’aveu d’échec du gouvernement

17/03/23 - 49.3 raisons de se mobiliser

13/03/23 - Toutes et tous en grève mercredi 15 mars

28/02/23 - Toutes et tous en grève mardi 7 mars

26/02/23 - Une alliance CFE-CGC/CFDT contre le pluralisme syndical

14/02/23 - Le 16 février, on prend la Bastille !

6/02/23 - Le 7 février, soyons plus nombreux à manifester pour nos retraites

2/02/23 - Face à un tel rejet massif, le gouvernement doit retirer sa réforme des retraites

30/01/23 - Retraites : la réforme de trop

28/01/23 - Des augmentations de salaire en-dessous de l’inflation

23/01/23 - Retraites : Assemblée/débat le 26, grève et manif le 31 janvier

16/01/23 - Retraites : nous sommes tous concernés

13/01/23 - Tous en grève le 19 janvier pour nos retraites !

20/12/22 - Le pluralisme syndical est un sport de combat

19/12/22 - Economies de chauffage : la direction fait du zèle

16/12/22 - Vague de froid au Technocentre : ça va chauffer !

14/12/22 - SUD lance une alerte sur la température au Technocentre

14/12/22 - Froid de canard dans les ateliers et sur certains plateaux

7/12/22 - Des élus supplémentaires pour SUD au second tour

2/12/22 - CSE du 2 décembre : SUD vote contre le projet Ampere

29/11/22 - Ampere : La CFE-CGC et la CFDT s’opposent à une expertise

29/11/22 - Au second tour, votez SUD !

25/11/22 - BQSR Ampere (Beaucoup de Questions Sans Réponses)

23/11/22 - Résultats du 1er tour des élections CSE

19/11/22 - Que pensez-vous de la scission entre Power et Ampere ?

17/11/22 - Power/Ampere : les élus SUD de Guyancourt et Aubevoye demandent une expertise

13/11/22 - On sait ce qu’Ampere…

8/11/22 - Des voix pour SUD pour une autre voie

7/11/22 - Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur SUD (sans jamais oser le demander)

28/10/22 - CAR22 : moins de départs en RCC, plus de démissions et de risques psychosociaux

28/10/22 - CTC, congés d’été et 5ème semaine 2023

26/10/22 - Visionnez le débat sur la nouvelle convention collective de la Métallurgie

20/10/22 - Conférence/Débat sur la Nouvelle Convention Collective de la Métallurgie

17/10/22 - Pour nos salaires, c’est le moment de nous y mettre tous ensemble

15/10/22 - SUD une nouvelle fois en tête à Vestalia

12/10/22 - Halte au démantèlement de Renault

8/10/22 - Conférence/débat sur la nouvelle Convention Collective de la Métallurgie

4/10/22 - Pourquoi je me suis syndiqué à SUD

27/09/22 - Pour une augmentation générale des salaires

20/09/22 - Nos salaires doivent suivre l’inflation

13/09/22 - Appel à candidatures

21/07/22 - CAR22 : le baromètre est à la pluie

28/06/22 - Les effets pervers de l’Intéressement

24/06/22 - Une « ristourne CRAMIF » qui creuse le trou de la Sécu

14/06/22 - Un ingénieur de Renault dans le piège du Cristallin

7/06/22 - Victoire des salariés de PEI

24/05/22 - Les directions de Renault et de PEI choisissent l’épreuve de force

19/05/22 - Déclaration SUD sur la grève de PEI au CSE du 19 mai

29/04/22 - Suppressions d’emplois : un mauvais CAR d’heure

28/04/22 - Alerte sur l’état de santé des salariés du Technocentre et d’Aubevoye

15/04/22 - Non au démantèlement du Technocentre

8/04/22 - Visionnez le débat avec Danièle Linhart

31/03/22 - Un CSE sur la politique emploi et les conditions de travail

31/03/22 - Formation : effet d’annonce et réalité

24/03/22 - Conférence/débat avec Danièle Linhart

21/03/22 - Télétravail : gare aux pick-pockets

21/03/22 - Véhicule personnel et déplacement professionnel : le mélange des genres

8/03/22 - Vive la journée internationale de lutte pour les droits des femmes

24/02/22 - Bureaux partagés : « dura flex, sed lex »

24/02/22 - Qualiopi, la muse des subventions publiques

24/02/22 - Indemnité télétravail : la direction déclare forfait

18/02/22 - Intéressement Groupe 2021

13/02/22 - Tout augmente sauf nos salaires

10/02/22 - Les prestataires ont le droit de communiquer avec les syndicats de Renault

31/01/22 - Des ressources humaines en voie de déshumanisation

31/01/22 - CSE du 27 janvier 2022

18/01/22 - L’histoire d’un pool qui s’est fait plumer

18/01/22 - Le côté obscur du télétravail

18/01/22 - Renault condamné pour travail dissimulé

5/01/22 - Un Technocentre vendu à la découpe

30/11/21 - Allocation télétravail : les mesquineries de la direction

24/11/21 - Quand Renault peint l’avenir en gris

18/11/21 - Vers une suppression des Augmentations Générales de Salaire

29/10/21 - Quel avenir pour le Centre Technique d’Aubevoye ?

28/10/21 - Gris/Bleus : Saison 2

26/10/21 - Emplois et compétences : toujours moins

25/10/21 - Transformation immobilière : le jeu des chaises musicales

22/10/21 - SUD assigne Renault en justice pour travail dissimulé à Guyancourt et Aubevoye

4/10/21 - Un salarié du Technocentre gravement malade menacé d’externalisation

1/10/21 - Flexibilité et baisse de salaire au menu de la 2ème réunion compétitivité 2022/2024

1/10/21 - Rupture Conventionnelle Collective : un plan social déguisé

16/09/21 - Télétravail, bureaux partagés, compétitivité… : c’est la rentrée !

15/09/21 - Réorganisation DEA-V, DEA-P et DEA-S

17/08/21 - Qui veut gagner un million ?

2/08/21 - CSE du jeudi 22/07/2021

12/07/21 - Notre raison d’être

22/06/21 - Renault condamné pour défaut de plan de prévention

15/06/21 - Ingénierie-Tertiaire : tes emplois foutent le camp

14/06/21 - Des erreurs en cascade sur les fiches de paie

8/06/21 - CSE du 7 juin sur l’externalisation de la maintenance opérationnelle

2/06/21 - Rien de tel qu’une techno-manif pour se faire entendre

27/05/21 - Rassemblement des salariés de l’Ingénierie au Technocentre mardi 1er juin

27/05/21 - Extension du mode Agile à la DEA-L : attention danger !

24/05/21 - Externalisation de la maintenance des moyens d’essais : une expertise à charge

19/05/21 - Externalisation : après la maintenance des moyens d’essais, l’exploitation

11/05/21 - Mobilisation jeudi 20 mai dans l’Ingénierie Renault

10/05/21 - Renault : les syndicats dénoncent des « départs contraints » déguisés

4/05/21 - Suivi de la Rupture Conventionnelle Collective : peu de volontaires pour perdre leur emploi

4/05/21 - La Santé au Travail mise à mal par le Covid19 et la « Renaulution »

4/05/21 - Extension de la traçabilité des véhicules d’essais aux vagues PT1, PT2, et PP

6/04/21 - Appel intersyndical : Tous à Boulogne le 8 avril

30/03/21 - Mobilisation en hausse à l’Ingénierie/Tertiaire

29/03/21 - Déclaration SUD sur la Stratégie de la DEA-T

29/03/21 - Déclaration CSSCT sur l’externalisation de la maintenance des moyens d’essais

25/03/21 - Non au démantèlement de l’Ingénierie Renault

25/03/21 - Consultation sur la politique sociale, les conditions de travail, l’emploi et la formation

18/03/21 - Succès des débrayages à Aubevoye et à Lardy contre les externalisations

16/03/21 - Non aux externalisations à l’Ingénierie

10/03/21 - Décès de notre camarade Yves Chervin

9/03/21 - Quelques réponses sur la pose des congés

8/03/21 - Renault veut vendre son Technocentre

8/03/21 - Les congés qui font déborder le vase

8/03/21 - Une égalité réelle plutôt que des fleurs

23/02/21 - Nous ne sommes pas une variable d’ajustement

22/02/21 - Hold-up sur nos congés

16/02/21 - Dans le moule comportemental de Renaulution

9/02/21 - Prime de performance 2021

1/02/21 - APLD : déclaration SUD au CSE du 1er février 2021

1/02/21 - Quand Renault fait payer la crise aux salariés

30/11/20 - Les suppressions d’emplois, ça suffit !

23/11/20 - Vestalia : les grévistes passent à la caisse

18/11/20 - Un chômage partiel qui ne coute pas un centime à Renault

12/11/20 - La courbe des présents sur site fait le grand huit


Les ateliers du Technocentre frappés par le virus du « jalon projet »

Publié le 19 avril 2020 à 13h51 - Mis à jour le 19 avril 2020 à 19h13

Version imprimable de cet article

Malgré le confinement, l’activité n’a jamais cessé au Technocentre. Elle a même tendance à augmenter. Quelques salariés réalisent du matériel médical, tandis que l’immense majorité des 200 salariés qui y sont présents travaillent sur des projets Véhicule ou Mécanique. Au risque de leur santé...


Du matériel pour les hôpitaux... et beaucoup de com’

Lundi 6 avril. Environ 200 salariés sont présents au Technocentre. Ils étaient en moyenne 150 la semaine précédente. Un chiffre en hausse qui ne s’explique pas par la fabrication de matériel médical. Celle-ci occupe moins d’une dizaine de salariés. Quelques secteurs reprennent, comme le Montage au CRP. Et la tendance à la reprise s’accentue. La plupart des jalons projet, qui rythment la progression de la conception des nouveaux véhicules et des organes mécaniques, n’ont pas été reculés malgré la pandémie. C’est à ces moments-là que chacun peut se rendre compte que les ateliers, d’habitude quasiment invisibles au Technocentre, en sont la pierre angulaire. Sans les salariés du RDC pas d’essais, pas de validations, pas de prototypes... et pas de nouveaux véhicules.

Les services de Communication de Renault parlent beaucoup du matériel médical qui serait fabriqué au Technocentre. Une communication reprise par les médias. Lundi 30 mars, FranceInfo annonçait que « Renault espère démarrer la fabrication au Technocentre de Guyancourt près de Paris dès la fin de cette semaine, d’abord en 3D à raison de quelque 350 respirateurs, puis en série en large quantité dès que ce sera possible. » Mais lundi 6 avril, pas un seul respirateur n’a encore été fabriqué au Technocentre.

Dans l’atelier des imprimantes 3D du Centre de Réalisation des Prototypes (CRP), deux salariés du service Supports et Protos Amont sont à la manœuvre. Ils réalisent pour l’instant des pièces détachées, en l’occurrence des raccords de respirateur artificiel, en lien avec l’hôpital Mignot à Versailles.

La production de visières est plus avancée. Les bandeaux sont fabriqués en imprimante 3D. Des feuilles transparentes de format A4 sont ensuite fixées sur ces bandeaux. Des élastiques permettent de maintenir l’ensemble sur la tête.

D’autres salariés ont aussi pris des initiatives, comme au Créativ’Lab situé au Botanique, où deux salariés travaillent sur un prototype de pousse-seringue réalisé sur de petites imprimantes 3D.

A l’atelier Siège dans la Ruche (AEV23), des salariés de la DEA-VD mettent au point un prototype de repose-tête en mousse, utilisé pour les décubitus ventraux, pour l’hôpital Saint Louis à Paris. Tout en continuant à travailler pour les projets véhicules.

La plupart des salariés portent désormais des masques. De rares secteurs n’ont toutefois pas encore eu de dotation et en demandent aux collègues. D’autres n’en ont eu que pour deux jours.

Dans les ateliers RAM32 et RAM31 de la Ruche, où on teste les futurs véhicules électriques et hybrides, tous types de produits sanitaires sont utilisés pour faire face au coronavirus.

L’Atelier MQP11 dans la Ruche est encombré par des dizaines de PIE, des Plate-Forme d’Intégration Électronique. Des prestataires (Safran, Altran…) y testent le circuit électronique des véhicules. L’un deux est tombé malade samedi 28 mars avec une suspicion de Covid-19. L’atelier n’a pas tourné la semaine suivante. Les prestataires sont restés chez eux. Ceux de la société de nettoyage PEI ont effectué la désinfection de l’atelier. Mais ils ont repris ce matin. Ce qui fait seulement une semaine de quarantaine (10 jours si on compte les week-end). On est en dessous de la quatorzaine, une durée qui permet de savoir si l’on a été contaminé ou pas. La direction prétexte que la quatorzaine ne serait pas nécessaire car les salariés seraient restés à 3m de distance avec le collègue qui est tombé malade.

Des masques qui n’iront pas dans les Ehpad

Jeudi 9 avril. Au PC4, les salariés de l’accueil livraison (des prestataires des sociétés Vestalia ou Samsic) disposent d’un réfectoire et d’un vestiaire exiguë.

Depuis que les masques sont obligatoires sur le site, ils ont également pour mission d’en délivrer aux visiteurs et aux élus du personnel. Renault a commandé des dizaines milliers de masques chirurgicaux à la Chine. On a peine à croire que pendant ce temps des hôpitaux ou des Ehpad manquent cruellement de masques.

Une dotation de masques est livrée tous les 2 ou 3 jours à chaque direction qui envoient des salariés sur site. Les masques sont ainsi rationnés. Il n’est pas prévu de dotation supplémentaire pour les salariés qui viennent en transport en commun. Ceux-ci se débrouillent comme ils peuvent, certains rentrent chez eux le soir avec le masque porté tout l’après-midi.

Des bruits courent sur une reprise progressive de l’activité en mai, avec un passage à 20% puis 50% de salariés présents sur site. L’objectif de 100% serait fixé en juin. En attendant, il y a de plus en plus de salariés sur le site.

Le secteur des imprimantes 3D du CRP s’est mis à réaliser des blocs de respirateur médical par un procédé de frittage. L’opération est délicate, la pièce peut se déformer lors du refroidissement.

Il faut 12h pour réaliser un bloc, plus environ 7h en refroidissement rapide (24h pour un refroidissement total). Pour l’instant, il n’y a toujours pas d’assemblage de respirateurs au Technocentre. On est toujours loin des 750 respirateurs montés par semaine annoncés dans les médias. On ne s’improvise pas fabricant de respirateur artificiel du jour au lendemain, même si la petite équipe de la DIF-P ne ménage pas ses efforts.

Par contre du côté des visières, la production a augmenté d’un cran. Des centaines de visières sont en commande pour différents hôpitaux ou pour la ville de St Quentin. Cette activité occupe trois salariés (dont un à 50%) qui aimeraient bien du renfort.

Le CRP commence à s’animer. Deux salariés ont repris cette semaine aux PDS. Ils travaillent le matin et sont au chômage partiel l’après-midi. La hiérarchie du secteur leur impose de porter des gants, ce qui n’est pas pratique du tout pour manipuler certains petits connecteurs. Aux Mulets, trois salariés sont présents. Ce ne sont pas toujours les mêmes qui viennent sur site. Au Montage, trois salariés s’activent autour de deux prototypes du futur Kangoo. Certains sont détachés de l’usine Renault de Flins. Ils ont appris la veille par SMS qu’il leur fallait venir au Technocentre ce matin. Dans les discussions, tout le monde est scandalisé par la situation dans les Ehpad. Certains y ont de la famille et sont très inquiets. Dire que les personnes âgées auraient bien besoin de masques...

A l’entrée de la Ruche, le Centre d’Analyse de la Concurrence (CAC) est désert. Une prestataire est restée pour s’occuper de la gestion du parc. Elle est seule toute la journée et dispose d’un système de Protection du Travailleur Isolé, un PTI. Mais l’alarme du PTI se déclenche quand elle reste en position assise.

Faute de téléphones PTI, beaucoup de travailleurs isolés sont contactés en fait en début et en fin de poste, et toutes les heures (par Skype, téléphone, email…). C’est du moins la règle. Certains travaillent seuls dans les étages dans des bureaux paysagers entièrement vides. Des petits rongeurs en profitent pour se réapproprier les lieux.

A l’atelier de Compatibilité Electro-Magnétique (CEM), quatre salariés testent les organes des futurs véhicules hybrides ou électriques. La pression est forte car ces projets sont prioritaires et très attendus par la direction de Renault. Trois prestataires de Bertrandt travaillent à 100%.

A l’atelier Siège, le prototype de repose-tête prend forme grâce aux validations effectuées par un salarié du secteur qui se rend directement à l’hôpital, dans le service de réanimation où ils sont utilisés. Les besoins des hôpitaux sont importants. Ils sont passés de 15 à 800 repose-têtes pour les hôpitaux St Louis à Paris et Mignot à Versailles. La production sera finalement réalisée par un sous-traitant.

Une activité qui demeure à risque

Jeudi 16 avril. Travailler avec un masque toute la journée est pénible. De plus, le port du masque et le respect des distances et des mesures « barrière » a tendance à compliquer et à appauvrir les échanges entre collègues. Ceux qui portent des lunettes ont la désagréable surprise d’y voir apparaitre de la buée, car une partie de l’air qu’ils expirent passe par le haut du masque. L’autre partie est directement inspirée, en circuit fermé. Sauf que cet air est plus pauvre en oxygène et plus riche en CO2, d’où un phénomène d’essoufflement. Il est question aussi de savoir si ce genre de masque chirurgical « anti-projections » est totalement efficace. Certains préfèreraient avoir des masques de type FFP2, plus protecteurs.

Au MQP11, un prestataire d’Altran, qui a repris le travail après un arrêt avec suspicion de Covid-19, s’est senti mal la veille, notamment à cause de la difficulté à respirer avec un masque. Il a été emmené à l’infirmerie et mis de nouveau en arrêt. L’atelier compte désormais une trentaine de prestataires. L’un d’eux s’est fait intercepter par la sécurité du Technocentre car il faisait un footing sur la Rocade déserte pendant sa pause du midi. Au CRP, les effectifs sont aussi en hausse, avec une cinquantaine de salariés présents sur site.

Dans les couloirs des ateliers de la Ruche, des salariés se sont fait agresser par un chef de service qui estimait qu’ils ne portaient pas suffisamment bien leur masque. Ils étaient en pause. Le chef les a menacés de sanction. Comme si ce n’était pas la direction de Renault qui les mettait en danger en les obligeant à venir travailler sur site.

La fabrication des visières de protection monte en cadence. Les imprimantes 3D du CRP ne sont pas conçues pour faire des grandes séries. Un moule de bandeau de visière est en cours de réalisation. Il devrait permettre de produire ces bandeaux sur les presses à injecter des Labos, le bâtiment situé en face du CRP. Avec un objectif de 1500 visières par jour. A suivre...

Au CEM situé connecteur 9B à la Ruche, un salarié qui a eu le Covid-19 a voulu reprendre le travail trop tôt, après un peu plus de 15 jours d’arrêt. Il a fait un malaise et a dû être emmené aux urgences. Depuis il va mieux. Le secteur a été bouclé le temps d’une désinfection. La direction cherche à remplacer les salariés potentiellement contaminés pour que le travail reprenne le plus vite possible.

A reprendre des activités sur site trop tôt, voici ce qu’on risque. L’heure n’est pas encore au déconfinement.


 


Une réaction, un commentaire ?


sudrenault.org - SUD Renault 2016 - Tous droits réservés pour les textes et les images - plan du site