ACTUALITÉ Guyancourt-Aubevoye


6 février

Parlons salaires

30 janvier

Ampere : Votez pour les candidats SUD

25 janvier

CSE du 25 janvier 2024

23 janvier

Flagrant délit de duplicité

9 janvier

Des raisons de se porter candidat aux élections CSE d’Ampere


22/12/23 - Le licenciement d’un prestataire du Technocentre annulé

11/12/23 - Des quotas de notation à Renault

5/12/23 - Avoir ou pas la gueule de l’emploi

29/11/23 - Avenant passage cadre : un chantage à la signature illégal

9/11/23 - La grande foire aux emplois

27/10/23 - Convention collective de la Métallurgie : l’emploi en catalogue

12/10/23 - Activités sociales et culturelles : la grande tambouille

10/10/23 - Des salaires minima qui portent bien leur nom

10/10/23 - Pour eux les millions, pour nous l’inflation

3/10/23 - Manifestons le 13 octobre pour nos salaires !

27/09/23 - Des actions ou des augmentations de salaire ?

5/09/23 - Horse : le cheval dont Geely risque de prendre les rênes

5/09/23 - Ampere : quand le courant ne passe pas

15/06/23 - Socle social commun et premiers effets de bord

14/06/23 - Tous au pique-nique SUD !

30/05/23 - Réforme des retraites : Macron et Borne ne sont pas tirés d’affaire

26/05/23 - Droits des salariés Renault

3/05/23 - Le démantèlement de Renault en marche

27/04/23 - Des accidents du travail qui passent sous les radars

25/04/23 - Réforme des retraites : la mobilisation entre dans une nouvelle phase

11/04/23 - Tous en grève et en manif jeudi 13 avril

5/04/23 - Acquis sociaux : les grandes manœuvres

3/04/23 - Toutes et tous en grève jeudi 6 avril

3/04/23 - Des formations en-dessous des besoins réels

3/04/23 - Emploi et conditions de travail : un bilan 2022 négatif

3/04/23 - Activités sociales et culturelles : un budget électoraliste

21/03/23 - Manif du 23 mars : 14h Bastille

20/03/23 - 49.3 : l’aveu d’échec du gouvernement

17/03/23 - 49.3 raisons de se mobiliser

13/03/23 - Toutes et tous en grève mercredi 15 mars

28/02/23 - Toutes et tous en grève mardi 7 mars

26/02/23 - Une alliance CFE-CGC/CFDT contre le pluralisme syndical

14/02/23 - Le 16 février, on prend la Bastille !

6/02/23 - Le 7 février, soyons plus nombreux à manifester pour nos retraites

2/02/23 - Face à un tel rejet massif, le gouvernement doit retirer sa réforme des retraites

30/01/23 - Retraites : la réforme de trop

28/01/23 - Des augmentations de salaire en-dessous de l’inflation

23/01/23 - Retraites : Assemblée/débat le 26, grève et manif le 31 janvier

16/01/23 - Retraites : nous sommes tous concernés

13/01/23 - Tous en grève le 19 janvier pour nos retraites !

20/12/22 - Le pluralisme syndical est un sport de combat

19/12/22 - Economies de chauffage : la direction fait du zèle

16/12/22 - Vague de froid au Technocentre : ça va chauffer !

14/12/22 - SUD lance une alerte sur la température au Technocentre

14/12/22 - Froid de canard dans les ateliers et sur certains plateaux

7/12/22 - Des élus supplémentaires pour SUD au second tour

2/12/22 - CSE du 2 décembre : SUD vote contre le projet Ampere

29/11/22 - Ampere : La CFE-CGC et la CFDT s’opposent à une expertise

29/11/22 - Au second tour, votez SUD !

25/11/22 - BQSR Ampere (Beaucoup de Questions Sans Réponses)

23/11/22 - Résultats du 1er tour des élections CSE

19/11/22 - Que pensez-vous de la scission entre Power et Ampere ?

17/11/22 - Power/Ampere : les élus SUD de Guyancourt et Aubevoye demandent une expertise

13/11/22 - On sait ce qu’Ampere…

8/11/22 - Des voix pour SUD pour une autre voie

7/11/22 - Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur SUD (sans jamais oser le demander)

28/10/22 - CAR22 : moins de départs en RCC, plus de démissions et de risques psychosociaux

28/10/22 - CTC, congés d’été et 5ème semaine 2023

26/10/22 - Visionnez le débat sur la nouvelle convention collective de la Métallurgie

20/10/22 - Conférence/Débat sur la Nouvelle Convention Collective de la Métallurgie

17/10/22 - Pour nos salaires, c’est le moment de nous y mettre tous ensemble

15/10/22 - SUD une nouvelle fois en tête à Vestalia

12/10/22 - Halte au démantèlement de Renault

8/10/22 - Conférence/débat sur la nouvelle Convention Collective de la Métallurgie

4/10/22 - Pourquoi je me suis syndiqué à SUD

27/09/22 - Pour une augmentation générale des salaires

20/09/22 - Nos salaires doivent suivre l’inflation

13/09/22 - Appel à candidatures

21/07/22 - CAR22 : le baromètre est à la pluie

28/06/22 - Les effets pervers de l’Intéressement

24/06/22 - Une « ristourne CRAMIF » qui creuse le trou de la Sécu

14/06/22 - Un ingénieur de Renault dans le piège du Cristallin

7/06/22 - Victoire des salariés de PEI

24/05/22 - Les directions de Renault et de PEI choisissent l’épreuve de force

19/05/22 - Déclaration SUD sur la grève de PEI au CSE du 19 mai

29/04/22 - Suppressions d’emplois : un mauvais CAR d’heure

28/04/22 - Alerte sur l’état de santé des salariés du Technocentre et d’Aubevoye

15/04/22 - Non au démantèlement du Technocentre

8/04/22 - Visionnez le débat avec Danièle Linhart

31/03/22 - Un CSE sur la politique emploi et les conditions de travail

31/03/22 - Formation : effet d’annonce et réalité

24/03/22 - Conférence/débat avec Danièle Linhart

21/03/22 - Télétravail : gare aux pick-pockets

21/03/22 - Véhicule personnel et déplacement professionnel : le mélange des genres

8/03/22 - Vive la journée internationale de lutte pour les droits des femmes

24/02/22 - Bureaux partagés : « dura flex, sed lex »

24/02/22 - Qualiopi, la muse des subventions publiques

24/02/22 - Indemnité télétravail : la direction déclare forfait

18/02/22 - Intéressement Groupe 2021

13/02/22 - Tout augmente sauf nos salaires

10/02/22 - Les prestataires ont le droit de communiquer avec les syndicats de Renault

31/01/22 - Des ressources humaines en voie de déshumanisation

31/01/22 - CSE du 27 janvier 2022

18/01/22 - L’histoire d’un pool qui s’est fait plumer

18/01/22 - Le côté obscur du télétravail

18/01/22 - Renault condamné pour travail dissimulé

5/01/22 - Un Technocentre vendu à la découpe

30/11/21 - Allocation télétravail : les mesquineries de la direction

24/11/21 - Quand Renault peint l’avenir en gris

18/11/21 - Vers une suppression des Augmentations Générales de Salaire

29/10/21 - Quel avenir pour le Centre Technique d’Aubevoye ?

28/10/21 - Gris/Bleus : Saison 2

26/10/21 - Emplois et compétences : toujours moins

25/10/21 - Transformation immobilière : le jeu des chaises musicales

22/10/21 - SUD assigne Renault en justice pour travail dissimulé à Guyancourt et Aubevoye

4/10/21 - Un salarié du Technocentre gravement malade menacé d’externalisation

1/10/21 - Flexibilité et baisse de salaire au menu de la 2ème réunion compétitivité 2022/2024

1/10/21 - Rupture Conventionnelle Collective : un plan social déguisé

16/09/21 - Télétravail, bureaux partagés, compétitivité… : c’est la rentrée !

15/09/21 - Réorganisation DEA-V, DEA-P et DEA-S

17/08/21 - Qui veut gagner un million ?

2/08/21 - CSE du jeudi 22/07/2021

12/07/21 - Notre raison d’être

22/06/21 - Renault condamné pour défaut de plan de prévention

15/06/21 - Ingénierie-Tertiaire : tes emplois foutent le camp

14/06/21 - Des erreurs en cascade sur les fiches de paie

8/06/21 - CSE du 7 juin sur l’externalisation de la maintenance opérationnelle

2/06/21 - Rien de tel qu’une techno-manif pour se faire entendre

27/05/21 - Rassemblement des salariés de l’Ingénierie au Technocentre mardi 1er juin

27/05/21 - Extension du mode Agile à la DEA-L : attention danger !

24/05/21 - Externalisation de la maintenance des moyens d’essais : une expertise à charge

19/05/21 - Externalisation : après la maintenance des moyens d’essais, l’exploitation

11/05/21 - Mobilisation jeudi 20 mai dans l’Ingénierie Renault

10/05/21 - Renault : les syndicats dénoncent des « départs contraints » déguisés

4/05/21 - Suivi de la Rupture Conventionnelle Collective : peu de volontaires pour perdre leur emploi

4/05/21 - La Santé au Travail mise à mal par le Covid19 et la « Renaulution »

4/05/21 - Extension de la traçabilité des véhicules d’essais aux vagues PT1, PT2, et PP

6/04/21 - Appel intersyndical : Tous à Boulogne le 8 avril

30/03/21 - Mobilisation en hausse à l’Ingénierie/Tertiaire

29/03/21 - Déclaration SUD sur la Stratégie de la DEA-T

29/03/21 - Déclaration CSSCT sur l’externalisation de la maintenance des moyens d’essais

25/03/21 - Non au démantèlement de l’Ingénierie Renault

25/03/21 - Consultation sur la politique sociale, les conditions de travail, l’emploi et la formation

18/03/21 - Succès des débrayages à Aubevoye et à Lardy contre les externalisations

16/03/21 - Non aux externalisations à l’Ingénierie

10/03/21 - Décès de notre camarade Yves Chervin

9/03/21 - Quelques réponses sur la pose des congés

8/03/21 - Renault veut vendre son Technocentre

8/03/21 - Les congés qui font déborder le vase

8/03/21 - Une égalité réelle plutôt que des fleurs

23/02/21 - Nous ne sommes pas une variable d’ajustement

22/02/21 - Hold-up sur nos congés

16/02/21 - Dans le moule comportemental de Renaulution

9/02/21 - Prime de performance 2021

1/02/21 - APLD : déclaration SUD au CSE du 1er février 2021

1/02/21 - Quand Renault fait payer la crise aux salariés

30/11/20 - Les suppressions d’emplois, ça suffit !

23/11/20 - Vestalia : les grévistes passent à la caisse

18/11/20 - Un chômage partiel qui ne coute pas un centime à Renault

12/11/20 - La courbe des présents sur site fait le grand huit


Un Renault d’après qui ressemble à celui d’avant

Publié le 29 septembre 2020 à 16h03 - Mis à jour le 30 septembre 2020 à 14h30

Version imprimable de cet article


Luca de Meo sera-t-il le « sauveur de Renault » comme le suggère un journal comme Le Monde ? Le style du nouveau DG de Renault est certes différent de celui de Carlos Ghosn, mais sa politique a-t-elle vraiment fondamentalement changé ?


« Luca de Meo, le dernier espoir de Renault » a-t-on pu lire dans le journal Le Monde du 30 juin 2020. C’est peu dire que le journaliste du Monde a été séduit par la personnalité de notre nouveau directeur général : un homme s’exprimant « dans un français fluide mâtiné d’accent italien, un léger sourire aux lèvres qui lui donne un je-ne-sais-quoi de charme, même quand le ton se fait grave. » Auréolé du redressement de Seat et de 30 ans d’expérience dans l’automobile, « c’est peu de dire qu’il est attendu, le nouveau boss. Espéré, même, dans une entreprise traumatisée […] »

Pourtant, chacun sait que les hommes providentiels n’existent pas…

Si le style décontracté et proche des gens de Luca de Meo tranche avec celui de ses prédécesseurs, sur le fond, rien n’a changé :

  • Le même salaire indécent : 1,3 million d’euros de salaire annuel et une part variable indexée sur ses performances (1,95 million et 75 000 actions Renault), qui peuvent faire grimper sa rémunération à 6 millions, plus de 300 fois le SMIC. C’est injustifiable.
  • La même recherche du profit pour le compte des actionnaires : Carlos Ghosn ne jurait que par « la croissance rentable ». Pour L. de Meo, ce sera la « création de valeur » et la « profitabilité ». Quelqu’un voit-il la différence pour les salariés, pour la planète ?

… Les salariés ont tous des choses à dire sur la manière dont Renault doit se transformer pour assurer sa pérennité dans un contexte d’urgence climatique et sociale.

Chaque salarié du groupe est porteur d’expertises et de savoir-faire. SUD lance une grande initiative pour recueillir vos avis et vos propositions. Faites-vous entendre !

Participez à l’enquête « Renault et le monde d’après

« Renaulution » : l’illusion du slogan facile

Les beaux discours ne font pas les grandes stratégies. Quand bien même L. de Meo serait sincère lorsqu’il présente ses valeurs et sa vision du futur pour Renault, ses propositions ne résistent pas à l’aune des moyens alloués et de la finalité recherchée : faire de la marge. Morceaux choisis :

  • « Il faut ramener la créativité et le savoir-faire chez Renault et laisser nos ingénieurs travailler au lieu de gérer des programmes. »

Mais dans le même temps, il faut « poursuivre le redimensionnement de l’ingénierie ». Le plan 2o22, ce sont des objectifs de 800 millions d’euros de réduction des coûts et de baisse des effectifs de 1500 personnes en Ingénierie et 1000 dans le Tertiaire. Nous pouvons tous voir les premiers effets néfastes de cette politique dans nos UET : transfert complet d’activités dans les RTX, collègues que l’on incite à partir en mobilité et non-remplacés à leurs postes. Cela s’appelle vouloir le beurre et l’argent du beurre !

  • « Nous réaliserons 20 à 30% de notre activité dans des domaines n’ayant rien à voir avec le secteur automobile traditionnel. »

SUD est convaincu que, sans sacrifier son activité de conception et de production de véhicules (mais en développant des véhicules vertueux conçus pour minimiser l’impact environnemental à toutes les étapes du cycle de vie), Renault doit aussi se diversifier. Cette diversification doit viser des produits socialement utiles, la finalité étant de concourir au bien commun.

Sortir de l’obsession financière

Dans ce contexte, il est surprenant et inquiétant que le premier domaine d’activité cité par De Meo soit les FinTech (contraction de Finance et de Technologies). Sous ce terme se cachent des startups utilisant les technologies du numérique, du mobile ou de l’intelligence artificielle, pour fournir des services financiers : banques en ligne, plateformes de financement participatif, cagnottes en ligne, comparateurs d’assurance…

Si c’est cela l’avenir de Renault, cela ne fait pas rêver ! Et cela ne va pas remplir les usines !!

Pour SUD, il faut capitaliser sur les connaissances et les savoirs des salariés pour concevoir des produits de haute technicité, et les produire en favorisant le tissu industriel local et régional. Pour cela, il faut que les salariés prennent la parole.

Croire au messie aujourd’hui n’évitera pas un effondrement des emplois demain.
A moins d’être d’accord qu’il faille en passer par là pour permettre à l’entreprise de reverser des dividendes et que ce soit toujours ceux d’en haut qui gagnent, Tout le monde (APR, ETAM, Ingénieurs jusqu’à certains premiers postes de management) peut raisonnablement se faire du souci pour son avenir.

En 2019, bien avant la covid-19, RENAULT aurait procédé à un immense inventaire de ses compétences. Tout a été présenté aux organisations syndicales centrales en septembre sous forme d’un observatoire des métiers.

Ce qui risque d’arriver a déjà commencé

En 1 an, nous avons perdu 450 personnes. Et certaines directions ont déjà payé un lourd tribut, comme l’ingénierie produit, l’informatique, les achats, la qualité ou la supply-chain. En 2022, il faudra aller plus loin avec le commerce marketing, la finance, le design ou les RH…

Quand on sait que l’ingénierie et les fonctions support doivent se contracter de 2500 postes, et que seuls 1750 départs (DA + départs naturels) sont identifiés, on se demande comment la direction va faire pour trouver les 750 candidats manquants ?

En avril, Mr Senard déclarait sur RTL « qu’il n’y aura pas de souffrance sociale chez RENAULT ». Mais dans les salons de la direction, il reste toujours de la place pour l’imagination : Plan Social ? Ruptures conventionnelles collectives ? Ou bien encore la multiplication des Plans de Progrès Individuels (PPI), pouvant se présenter comme un immense gisement de licenciements pour insuffisance professionnelle…

Ne laissons pas faire. Votre vote d’octobre 2020 construit la contestation de 2021 !

Télécharger le tract du 29 septembre 2020

 


Une réaction, un commentaire ?


sudrenault.org - SUD Renault 2016 - Tous droits réservés pour les textes et les images - plan du site